XIX_siecle-660

Une question me taraude depuis quelques jours.
Pourquoi, oui, pourquoi, la plupart des films, des séries ou des bandes dessinés produitent depuis quelques années et se passant pendant le XIXe siècle, baignent-elles, dans leurs grandes majorités, dans une ambiance bleuté ?
Enfin l'essentiel du XIXe, celui de le Reine Victoria et de l'Empire Britannique. Celui de Londres, de Sherlock Holmes et de Jack the Ripper.
Entendez moi bien, j'apprécie cette ambiance bleue, froide, elle traduit, selon moi, assez bien Ce XIXe siècle.
Mais justement POURQUOI ? Pourquoi suis-je d'accord avec cela ?

Couleur objective…

Regardons rapidement les principaux matériaux de construction de cette époque. Je ne suis pas historien, mais un chineur régulier et aimant le XIXe siècle, je possède une respectable documentation.
Alors, les textiles sont bien sûr d'origine naturelle, laine, coton, lin… et leurs couleurs naturelles sont plutôt dans une gamme beige.
L'ameublement est majoritairement en bois et mis à part le bois contenant du Pezize turquoise (Chlorociboria aeruginascens, une espèce de champignon) parfois utilisé en marqueterie, les diverses essences de bois ne sont pas vraiment bleues.
Quant aux multiples couleurs de cuir, un canapé Chesterfield, par exemple, ne serai pas vraiment un Chesterfield en cuir bleu.
Les métaux principalement utilisés ? Cuivre, bronze…
Bon je vous l'accorde, il y a bien sur des teintures et des peintures, mais celles-ci augmentaient le prix des objets et les gens étaient majoritairement pauvres ou fonctionnalistes (comme l'entend Louis Henri Sullivan). Hors, la couleur n'a pas souvent de fonction première.

Donc, revenons en à l'essentiel, alors que la plupart de toutes choses arborent des couleurs chaudes, pourquoi représentons nous le XIXe siècle à grand renfort de couleurs froides ?
La seule théorie qui me viens à l'esprit, est la prédominance de l'empire britannique sur le monde de cette époque. Hors, la capitale de cet empire, Londres, est baignée par le Smog. Et même si le mot date de 1905, le smog, lui, n'a pas attendu qu'on le nomme pour exister. Il est d'ailleurs présent dans nombre de grandes villes de l'époque Victorienne.
Aussi qu'est le smog ?
Mon cher Petit Robert le décrit comme un brouillard épais mélange de suie et de goutte d'eau. Bien, l'eau est traditionnellement représentée en bleu, mais la suie qu'est-ce donc exactement ? Le même Petit Robert donne comme définition "noir de fumée mêlé d'impureté…".
Noir ? Ah ! l'étau se ressert… Du bleu pour l'eau et du noir pour la fumée… Possible… Continuons "… utilisée comme engrais, comme couleur (>bistre)".
Aïe…
Bistre… Pour ceux qui l'ignorent, le bistre est brun noirâtre et donc (pour les non coloristes) un marron foncé…
J'en déduis donc que le smog est un brouillard, que dépité, je qualifierai de marronnasse…

…ou couleur perçue

Il semble donc que la réponse à la question n'est pas d'ordre réaliste ou historique, mais bien sémiologique ou juste graphique.
Alors, est-ce pour différencier Ce XIX siècle des autres ?
Par les autres, j'entend les XIX siècles non londoniens ou non historique.
En effet aux Etat-unis d'Amérique le XIXe siècle est peuplé de cow-boy trainant leurs longs manteaux dans la poussière sanguine (et parfois, sanglante) du Rio Grande, ou chevauchant dans la lumière orange d'un soleil couchant. Oui, c'est un cliché, mais le domaine où nous jouons là, est bien un domaine de clichés et de réactions à ces clichés.

Le second Empire et le tout début de la troisième république en France ? Et bien la production de films, de séries ou de BD sur cette époque est bien maigre. Ou bien, c'est le budget alloué à ces productions que l'est, mais on ne peut pas dire qu'elles forgent un style particulier sur la façon de voir le XIXe siècle (je dis cela uniquement au sens graphique… et c'est sens doute mieux ainsi…).

Et je parle là des productions dont l'action (quant-il y en a une…) se déroule en métropole. Car depuis quelque temps on peut voir sur les chaines du groupe France Télévision quelques productions se déroulant aux Antilles ou en Guyane. Et s'il est vrai que le XIX siècle fut des plus mouvementé dans ces régions, les productions qui narrent des événement historique aussi important que l'abolition de l'esclavage de 1848 ou la création du Bagne de Cayenne, la même année, ne brillent pas par leur leur ambiance couleur travaillée à l'extrême.
A moins, bien sûr, que les couleurs naturelles tropicales sur-saturée, soit un choix artistique demandant des heures de retouche de la colorimétrie et de la chromie.
Quand au reste de l'Europe continentale, comment dire… Si l'on évoque l'Europe de l'est, on retombe rapidement sur des productions venant d'outre atlantique, où un chasseur de vampire fait son œuvre dans des ambiances désaturés et bien souvent neigeuses de surcroit, ce qui n'ajoute que rarement de la couleur… Ou bien des couleurs froides, évoquant nuits glacées, cols enneigés et cryptes hantés.

Et voilà, en tout état de cause, il semble donc que la meilleure réponse soit que le XIXe siècle ce déroulant à Londres soit nimbées de bleu pour mieux les situer immédiatement à Londres au XIXe siècle. Ceci est sans doute renforcé par l'aspect humide (murs et pavés brillants) qui évite de placer l'action dans le sud de l'Europe, tant il est de notoriété publique, qu'il ne pleut qu'en Bretagne, et plus encore si c'est la Grande…

Voilà je pense avoir assez creusé et retourné cette question, et j'espère qu'a défaut d'y avoir apporté une réponse plus précise, j'ai au moins éveillé votre curiosité.
Et peut-être que lorsque vous regarderez ces productions vous surprendrez-vous à pensez "Tiens, mais pourquoi cette image est elle bleue ?".

A bientôt
Bruno